Présentation du rhum Plantation (by Alexandre Mourigue)

Présentation du rhum Plantation (by Alexandre Mourigue)

Hello Alexandre! Qui es-tu ? 

Moi c’est Alexandre MOURIGUE. Donc ça va faire aujourd’hui sept ans que je travaille pour la maison FERRAND.

Peux-tu nous présenter PLANTATION ?

PLANTATION c’est un projet, c’est une histoire et c’est un peu un rêve d’Alexandre Gabriel. 

C’est son rêve à lui qu’il avait depuis des années. 

Alexandre a fait plusieurs voyages dans les Caraïbes à la fin des années 90. Et quand il est arrivé dans les Caraïbes, il a découvert finalement des rhums qu’on connaissait peu en Europe, qui sont des rhums produits sur la Barbade, sur Haïti, la Jamaïque ou encore Sainte Lucie. Et c’est vrai que quand il a eu l‘occasion de rencontrer des distillateurs là-bas, de déguster des rhums dans toutes ces distilleries, il a eu vraiment un coup de cœur.

Ça lui a donné une idée qui était justement de créer cette gamme de cru, de rhums de cru, des rhums millésimés de différentes origines, qu’il a créé donc en 99 avec les premiers embouteillages PLANTATION. Donc la marque va vivre tout doucement, je dirai sur les 10-12 premières années de création jusqu’aux années 2010. 

Et donc la marque va évoluer jusqu’à un tournant qui est en 2017 où Alexandre, encore une fois, a pu exaucer l’un de ses rêves qui était de racheter une distillerie qui est à la Barbade qui s’appelle West Indies Rhum Distillerie, pour pouvoir devenir réellement producteur de rhum. En plus de ça quand Alexandre achète la distillerie, les anciens propriétaires étaient propriétaires en partie de National Rums of Jamaïca, qui regroupe notamment 2 distilleries assez mythiques qui sont : Clarendon et Longpond. 

Donc c’est vrai qu’aujourd’hui derrière PLANTATION on a une marque qui a deux facettes, j’ai envie de dire : on a une marque toujours où on a un travail avec des distilleries partenaires, je pense à Fiji, je pense au Panama, je pense à Pérou notamment ou à Trinidad où on va acheter des lots de rhums vieux dans les distilleries en direct. Tous ces rhums sont ramenés en France, à Cognac pour la fameuse double maturation de PLANTATION. Ça c’est la partie sélection – vieillissement où on apporte vraiment une expertise au niveau de la sélection et de l’élevage. Et la deuxième partie production où là on a vraiment notre production à la Barbade où on distille dans différents types d’alambics, où on distille avec des colonnes et bientôt avec différents de matières premières où là vraiment on axe sur notre côté producteur de rhum avec également la partie à la Jamaïque où là aussi on est très impliqué dans tout ce process de fabrication et de développement derrière.

La « fameuse » double maturation, c’est quoi ?

Donc oui, la double maturation chez PLANTATION c’est vraiment chez nous une signature. L’idée de la double maturation c’est de vraiment mettre en avant des éléments techniques et qui vont passer par 3 éléments très, très importants. 

Le premier élément c’est l’environnement, c’est le climat. On le sait, dans les Caraïbes on est sur un climat qui est très chaud et très humide et vous avez un vieillissement qui est particulier dans cet environnement-là, mais qui va être complémentaire et très différent d’un vieillissement dans un milieu plus frais, plus tempéré comme on peut avoir à Cognac. Donc le climat, l’environnement de vieillissement c’est le premier élément de cette double maturation. 

Le deuxième élément ça va être l’essence de bois. On le sait, aux États-Unis et pour l’ensemble des rhums qui sont vieillis en Amérique Centrale et dans les Caraïbes, la plupart des fûts sont des ex-fûts de bourbon mais qui dit fûts de bourbon dit fûts de chêne américain. La variété de chêne américain n’est pas la même que l’on utilise ne France qui est le chêne européen, et donc qui n’a pas le même type de grains, qui n’a pas le même apport en terme de goût. Ça c’est la deuxième dimension, c’est le bois utilisé. 

Et la troisième dimension de la double maturation ça va être notamment qu’est-ce qu’a contenu, ses précédentes barriques ? Aux États-Unis on le sait c’est un alcool de grains, c’est du bourbon. En France, c’est nos fûts de cognac, c’est un alcool de raisin. Et donc tous ces éléments, le climat, le bois et quel était le type de fût auparavant vont nous permettre d’aller chercher une grande complexité et de créer des rhums qui soient fabuleux.

La médaille de meilleur Maître Chai en 2012 c’est un tournant ?

Cette distinction pour Alexandre en tant que meilleur Maître de Chai au monde a été un tournant et surtout une reconnaissance finalement pour ce travail, ce travail de la double maturation, ce travail du vieillissement des rhums à Cognac qui n’est pas simplement un aspect pratique mais réellement pour nous un aspect technique où grâce à ces fûts de chêne français, ces deux ex fûts de cognac on va vraiment chercher une complexité, une structure. Et c’est une reconnaissance pour Alexandre d’avoir cette distinction bien méritée.

Un rhum Plantation c’est du travail mais aussi des valeurs, non ?

Elles sont nombreuses et extrêmement importantes pour nous. 

Déjà pour la première et c’est très important, on sait que le rhum vient de la canne à sucre, donc pour nous c’est respecter cette matière première, que ce soit un rhum issu du pur jus de canne, issu de la mélasse. 

La deuxième valeur et qui est très importante pour nous c’est la transparence. On a été assez innovant je pense avec PLANTATION depuis déjà maintenant cinq ou six ans, notamment sur les étiquetages de nos bouteilles où l’ensemble du travail que l’on va apporter au rhum est expliqué ; c’est-à-dire : les temps de vieillissement dans l’environnement tropical, continental, le type de fût, quand il y a du dosage c’est indiqué, les éléments de non-alcool, les congénères… tout est indiqué sur cette bouteille, et pour nous ça fait vraiment partie d’une valeur très importante, c’est d’expliquer ce qu’on fait et notre travail. On n’a rien contre le travail de chacun mais au contraire explique-nous ce que tu fais. On sait qu’aujourd’hui on est dans une société qui demande de la compréhension, qui veut comprendre ce qu’elle consomme et nous on s’inscrit vraiment dans cette transparence-là. 

Un troisième élément qui est très important pour nous c’est le respect des techniques. Quand je dis le respect des techniques, ça va passer à la fois par le respect des techniques traditionnelles, ancestrales, mais tout en laissant aussi une part à l’innovation. Comme on aime bien dire : les traditions d’aujourd’hui sont les innovations d’hier. Donc aujourd’hui également si on innove, si on commence à travailler avec des nouvelles essences de bois, avec des nouvelles méthodes, peut-être que dans cinquante ans ce sera devenu des traditions. Donc laissons la place à l’innovation parce que c’est très important, mais l’innovation dans la transparence ; c’est-à-dire : j’innove, je fais des choses nouvelles, mais je vous l’explique et je vous le raconte. Et ça c’est très important. 

L’un des derniers éléments et qui ici encore une fois est hyper important pour nous c’est le respect de la diversité des terroirs et des pratiques. Aujourd’hui si vous discutez avec un producteur au Pérou, un producteur à Trinidad, en Jamaïque, à Fiji, chacun à travers la dimension culturelle et historique a sa propre vision du rhum, a sa propre manière de produire et c’est extrêmement important pour nous de respecter ça et même de s’en inspirer. 

Donc voilà si je résumais les différents points c’est le respect de la matière première à savoir la canne à sucre, c’est la transparence, le respect des techniques à la fois à travers la tradition mais également sur l’innovation, mais également le respect des différents terroirs parce que l’aspect culturel et l’aspect technique sont très importants et marqués par chacune des origines.

Quels rhums trouve-t-on chez PLANTATION ?

Chez PLANTATION, il existe finalement plusieurs collections. L’idée de ces collections c’est de pouvoir… En fait on n’est pas sectaire chez PLANTATION et on aime tous les amateurs de rhum. Que vous aimiez les rhums un petit peu doux ou un petit rond, les rhums en brut de fûts, complètement secs, on a des collections qui nous permettent de s’adresser à quasiment tout le monde. 

Une première collection dans laquelle on va retrouver différentes cuvées, qui sont des cuvées sur lesquelles on va mettre en avant le travail d’assemblage. Vous le savez on est également producteur de cognac. On a la deuxième partie de la maturation de PLANTATION qui se fait dans nos fûts de cognac à Cognac et l’une des techniques à Cognac qui est extrêmement mise en avant c’est l’assemblage. 

Pour mettre en avant et pour un peu honorer également ce savoir-faire, on va avoir une collection de produits que l’on appelle nos signatures blend où là pour le coup vous avez certains produits qu’on connait un petit peu. Alors je pense ici vous avez un produit qui est le PLANTATION GRAND ANEJO qui est un assemblage de différents terroirs d’Amérique Centrale notamment du Guatemala et du Belize. On va avoir un rhum de Jamaïque qui est le XAYMACA qui est un assemblage de deux distilleries jamaïcaines avec différents styles de rhums. L’idée sur cette collection là c’est d’avoir des produits qui soient représentatifs de leur origine et qui vous permettent de découvrir un terroir, de le découvrir avec un côté accessible. 

C’est-à-dire que sur cette gamme-là, l’ensemble des produits au niveau du degré d’alcool sera embouteillé entre 40 et 45% d’alcool pour vous proposer quelque chose d’accessible, accessible mais représentatif de son origine. Je prends l’exemple de ce GRAND ANEJO qui est un rhum typé un peu Sud-Américain, vous aurez une petite douceur, alors qui sera extrêmement bien équilibrée, mais le rhum volontairement sera assez doux. Si je prends l’exemple du XAYMACA, qui lui est un assemblage de rhums jamaïcains, vous aurez un rhum qui sera complètement sec parce qu’également là on veut pouvoir vous faire découvrir le terroir de la Jamaïque par sa représentativité sur des rhums assez secs notamment.

Et l’emblématique Plantation XO ?

Je voulais vous donner l’exemple et vous présenter une cuvée qui pour nous est emblématique et très importante, c’est le PLANTATION XO 20ème anniversaire, qui là également s’inscrit dans cette volonté pour nous de mettre en avant le savoir-faire cognaçais à travers l’assemblage où là vous allez avoir un assemblage avec une très forte amplitude de rhum ; c’est-à-dire beaucoup, beaucoup de différents rhums qui vont rentrer dans l’assemblage du XO 20ème anniversaire. L’idée pour nous c’est de créer de la complexité et de vous proposer un rhum qui soit le plus intéressant gustativement. Voilà, pour nous c’est une cuvée très importante que je vous invite à découvrir le plus rapidement possible.

Avez-vous des rhums millésimés ?

Ces rhums millésimés sont des rhums qui viennent de différentes crus où on a ce qu’on appelle des single terroirs où l’idée sur cette collection-là est de proposer des rhums d’une origine bien précise sur un millésime bien précis, où on va être sur des volumes beaucoup plus limités. C’est des éditions beaucoup plus limitées en termes de quantités. Et l’idée pour nous c’est vraiment un instant t de vous faire découvrir quel est le goût de ce jamaïcain de 2003, de ce Trinidad de 2009 et vraiment de vous proposer des rhums singuliers où là sur cette collection de millésimes, nous au niveau du positionnement technique, on va chercher des rhums qui soient un tout petit peu puissants au niveau du degré d’alcool, on est généralement entre 47 et 52-53°, parce qu’à ce degré-là vous découvrez vraiment le profil et le style du rhum dans une autre interprétation. 

Et comme je vous disais tout à l’heure en introduction, on essaie vraiment de proposer un maximum d’interprétations pour que chaque amateur de rhum puisse découvrir un maximum de produits et puisse découvrir des profils aromatiques. Donc cette gamme de millésimés, on l’a faite évoluer il y a maintenant 2 ans où on cherche à avoir des collections précises sur un élément visuel. Peut-être que vous avez pour certains découvert notre première collection autour des oiseaux, où vous aviez eu six différents millésimes qui étaient sortis. Et là une nouvelle collection qui vient juste d’arriver, qui est la collection UNDER THE SEA où là l’idée c’est de mettre en avant des animaux marins endémiques de chacun des terroirs que l’on va proposer sur cette collection-là.

Est-ce que PLANTATION travaille la macération ?

Dans les collections PLANTATION on a aussi des produits qui nous tiennent à cœur, qui sont des produits un petit peu hybrides que l’on a commencé à créer à partir de 2016. 

Et notamment je pense que j’ai avec moi ici, je pense au PLANTATION STIGGINS FANCY PINEAPPLE où là on est sur un produit que l’on a développé et que l’on a lancé en 2016, je me souviens très bien, sur le Rhum Fest à Paris. L’idée sur ces rhums là c’est de mettre à profit encore un travail qui est un nouveau travail, mais qui est un travail plus d’infusion et de macération où là l’idée est de travailler autour d’une base de rhum mais avec du vrai fruit. Et là en l’occurrence sur le STIGGINS PINEAPPLE, comme son nom l’indique, on a travaillé avec de l’ananas. 

Là l’idée sur ces produits-là c’était vraiment de pouvoir extraire le côté ananas, le travail autour du fruit, tout en respectant notre savoir-faire à nous qui est de faire du rhum finalement. On le sait, aujourd’hui il existe des rhums arrangés où vous avez une macération de différents types de fruits, d’épices avec du rhum. Et c’est vrai qu’il y en a qui le font extrêmement bien mais nous ce n’est pas notre métier à nous, nous on est producteur de rhum. L’idée là-dessus, sur le STIGGINS PINEAPPLE c‘était de comprendre comment on pouvait rajouter une dimension « spiritueux » avec des fruits. 

Qu’est-ce que c’est la dimension « spiritueux » ? Le mot spiritueux c’est l’art de distiller finalement. Et donc on a beaucoup travaillé autour de l’ananas et on a réussi finalement à trouver un process qui consiste à notamment, et je rentre un petit peu dans les détails, à distiller la peau, l’écorce de l’ananas pour en extraire les huiles essentielles qui permettent de renforcer l’intensité et la fraicheur de l’ananas et ça c’est quelque chose que l’on a travaillé et que l’on a pu vraiment mettre à profit du produit. 

Alors, pour ceux qui connaissent le STIGGINS PINEAPPLE, vous avez vraiment cette texture de rhum puisque vous êtes à 40% d’alcool, vous êtes sur finalement un produit qui est très peu sucré mais dans lequel le goût de l’ananas est complètement intégré. Et ça notamment va venir du fait de faire macérer des ananas Victoria. Mais en plus de ça, d’utiliser la peau de l’ananas et ces fameuses huiles essentielles qui sont extrêmement concentrées et très puissantes en terme de goût. Et ça c’est un vrai travail. Petite info, on a lancé au mois de… à Noël dernier, une nouvelle version du STIGGINS PINEAPPLE qui est une version vieillie dans des fûts qui ont contenu du whisky irlandais Teeling qui lui apportent des légères notes fumées. Je vous invite à découvrir ça, vous verrez c’est très agréable et ça switch un petit peu, ça change un petit peu le profil mais ça donne quelque chose de nouveau et de très, très intéressant. 

As-tu une exclu pour notre communauté ?

Donc le fait de vous parler un peu de STIGGINS et de nos différents rhums à travers le fruit, ça me permet de vous parler d’une petite nouveauté. Pour le coup c’est une petite exclusivité parce que ça vient tout juste de sortir, qui est une nouvelle marque qu’on a créé chez Maison Ferrand qui va s’appeler CANEROCK

CANEROCK est une toute nouvelle marque qui est rhum infusé, qui est un spiced rum sur une base de rhum vieux jamaïcain. Là encore une fois on a essayé à travers notre savoir-faire et notre possibilité d’avoir accès à des rhums vieux de ne pas travailler comme beaucoup de rhums arrangés sur des bases de rhums blancs mais sur une base de rhums vieux, donc sur une base de rhums jamaïcains d’assemblage Longpond et Clarendon sur lequel on va faire infuser trois éléments principaux qui sont : la vanille, la noix de coco et le gingembre. 

L’idée pour nous c’est de travailler avec des produits naturels : de la noix de coco fraiche, de la vanille, de la vraie vanille, de la vanille naturelle et du gingembre pour avoir ce rhum épicé, ce spiced rum, mais qui soit extrêmement aromatique et toujours respectueux de la matière première qui est le rhum jamaïcain puisqu’on insiste vraiment sur le côté jamaïcain spiced rum pour CANEROCK. 

Donc voilà une toute nouvelle marque qui vient d’arriver, que je vous recommande de déguster et vous verrez que vous pouvez déguster par différentes manières : comme ça, tout à fait brut à la fin d’un repas, mais également très facilement en cocktail avec du tonic ou avec du ginger beer ou des choses comme ça, ça marche très, très bien. 

Sur le plan dégustation, quand vous allez découvrir CANEROCK, vous allez voir au niveau du profil, vous avez vraiment cette noix de coco fraiche qui va être très marquée, donc pour tous les amateurs de noix de coco je vous le recommande, qui va être soulevé par l’épice de la vanille, la vanille et la noix de coco qui sont vraiment les deux marqueurs. Et vous aurez derrière le gingembre alors qui sera presque imperceptible en terme de goût mais nous comme on aime dire : si on ne le mettait pas on sentirait qu’il n’est pas là. Pourquoi ? Parce que le gingembre va vous rapporter une sorte de fraicheur et une intensité, vous ne sentirez pas le goût du gingembre, néanmoins nous on le sait que quand on ne le met pas, on sent qu’il n’est pas là. Et c’est ça qui va être intéressant sur le travail de l’infusion, c’est que le gingembre vient vraiment rapporter une touche de fraicheur qui est vraiment nécessaire à ce produit.

Peux-tu nous parler de la Barge Ferrand ?

Le projet Péniche, donc ce fameux chai flottant que l’on a créé maintenant il y a plus de 2 ans, c’est un projet alors qu’on a créé il y a plus de 2 ans mais sur lequel on réfléchissait depuis un bon moment déjà. 

Donc c’est un chai flottant qui est installé sur un bras de la Seine à Issy les Moulineaux. L’idée sur nous sur ce projet, comme vous le savez chez PLANTATION et chez MAISON FERRAND, l’un des points très importants c’est le côté recherche et développement, c’est la créativité et l’idée là-dessus c’était pour nous de pouvoir mettre en avant et de travailler sur différents axes de recherche qui étaient notamment 3 axes où on va travailler sur ce chai flottant.

Sur le vieillissement de rhum. Mais pas que, il y a aussi d’autres spiritueux comme le cognac qui seront vieillis sur la péniche mais l’idée est donc de travailler sur des micro-barriques de 30 litres, pour travailler sur des petits fûts qui seront donc dans un environnement humide, comme vous le savez on est sur une péniche sur La Seine, donc vous avez tout le chai qui est dans la cale de la péniche avec une partie qui va être immergée dans l’eau. 

Et également sur un aspect mouvant avec un côté dynamique puisque nous avons fait installer sur les bords de la péniche un vérin qui toutes les heures poussera légèrement la péniche qui va permettre au rhum et aux différents spiritueux d’avoir un mouvement dans le fût et donc de bouger. Donc voilà les 3 points pour nous qu’on a mis en avant sur ce chai flottant, sur cette péniche, qui est donc à Issy les Moulineaux et sur lequel on se fait un plaisir de travailler aujourd’hui. 

Sur ce projet donc de chai flottant, sur cette péniche, donc c’est une vielle péniche Freycinet que l’on a récupéré, que l’on a « retapé », et donc comme vous pouvez le voir, dans la cale de cette péniche on a à peu près une capacité de stockage de 1500 fûts de 30 litres où on a fait installer un système de rack mécanique où chacun des fûts va être posé dessus. Et donc on va avoir la possibilité de faire vieillir différents types de rhums de différentes origines. 

Forcément on va garder cette diversité également propre à PLANTATION où vous aurez la possibilité de faire vieillir des rhums de Fiji, de la Barbade, de la Jamaïque, de différents types d’âges. L’idée pour nous sur ce projet c’est vraiment de pouvoir permettre à des amateurs, à une bande de copains de venir sélectionner son propre fût, de décider ce que vous mettrez dedans et de venir derrière sur la péniche pendant la totalité du vieillissement qui peut aller jusqu’à 2 ans, de venir un peu voir l’évolution de votre bébé, de voir comment ce fût travaille, comment votre rhum se vieillit et donc de pouvoir passer surtout un moment convivial dans ce petit chai flottant aux portes de Paris. 

L’idée c’est vraiment de travailler sur des micro-barriques de 30 litres et on le sait quand on travaille sur des micro-barriques, vous avez un pouvoir de bois, une puissance de boisée qui va être très importante. Ce que l’on a fait depuis déjà plusieurs années, c’est que pour préparer ces fûts qui vont accueillir vos futurs rhums, tous ces fûts sont en train d’être ce qu’on appelle « mouillés » chez nous à Cognac avec déjà un premier rhum, histoire de pouvoir aller commencer à extraire le premier tanins de la barrique afin de pouvoir bénéficier derrière, que vous puissiez bénéficier des meilleurs apports aromatiques du bois quand vous allez sélectionner vos différents rhums.

Alexandre derrière travaille aussi avec différentes tonnelleries où l’on commande des fûts avec différents types de chauffe pour qu’on ait des apports aromatiques assez diversifiés. Et ce qui est bien derrière, c’est qu’à terme on espère, on pourra vous proposer de pouvoir tout choisir sur mesure ; c’est-à-dire vous nous commanderez le type de toastage que vous voulez pour votre fût, si ce fût a contenu du cognac auparavant, du rhum, du rhum jamaïcain, l’idée pour nous c’est de pouvoir à terme vous proposer une expérience sur mesure pour que vous puissiez tous être des maîtres de chai comme Alexandre Gabriel.  

Merci Maison Ferrand ! Merci Plantation !

Articles en relation

Vous avez trouvé cet article intéressant ? Partagez-le !